email reçu par Yves Kamany
Paris, le 10 Janvier 2004
Je vous fait passer la lettre d'indignation d'une amie.
Yves.
Cher tous,
Je voudrais vous informer d,un événement très grave qui s,est passé samedi soir 9 janvier 2005 au café Renoma dans le 8ème à Paris, et qui est très fréquenté en plus par notre communauté. C,est une histoire qui m,est arrivée personnellement, et qui m,a fait comprendre que les actes antisémites continuent de se produire sans gène.
Pour vous raconter brièvement, j,étais assise avec mon ami, et au moment de commander, la serveuse se penche à son oreille et lui murmure qu,il faut qu,il enlève son signe ostentatoire religieux, en l,occurrence sa kippa. Après lui avoir demandé quelles en sont ses raisons, elle nous dit seulement que ce sont ses consignes et que ça va pour cette fois mais pas la prochaine. (Pour simple information la serveuse portait une croix en métal énorme qui faisait tout son torse). Et elle est partie.
Etant choqué qu,on puisse nous faire sortir car on porte une kippa , nous avons décidé de partir et de ne pas attendre cette prochaine fois. A la sortie, je dis très fort à la serveuse que j,allais faire passer le message concernant la tendance de son café (après réflexion, j,aurai plutôt du appeler la police sur place). Voilà que le patron et une dame s,approchent avec la même serveuse et nous expliquent d,une manière sèche et avec un ton assez élevé que c,est une question de respect pour les autres, que c,est leur café et qu,ils font ce qu,ils veulent, et que nous les juifs on veut toujours avoir raison. Nous  leur avons demandé en quoi le fait de porter une kippa dérangeait les autres et si nous étions au lycée pour devoir retirer un signe ostentatoire religieux ? ? ? Quel est le rapport ? ? ?
Je crois en effet qu,il n,y avait aucun rapport et que cette nouvelle loi était un très bon prétexte pour nous jeter dehors.
Nous sommes sortis, assez choqués de ce qui venait de nous arriver et nous nous sommes arrêtés au commissariat pour déposer une main courante, car n,ayant pas eu d,insultes ni de délit du fait qu,ils acceptaient de nous servir pour cette fois, il y avait donc juste délit moral.
Si malgré tout la prochaine fois, le café refuse de faire entrer quelqu,un avec une kippa ou un tchador, la police nous a recommandé de les appeler sur place, et aussi si il refuse de nous servir pour cause de port de signe ostentatoire religieux ou nous refont passer un message de ce genre, la police pourra intervenir ayant déjà en possession une main courante.
Actuellement, une main courante est à l,encontre de ce café mais cela n,est pas suffisant pour un café aussi fréquenté situé en plein Paris. Il faut le déserter et faire absolument passer ce message car ce qui s,est passé est très grave. Si nous devons encore nous cacher de nos jours de peur de montrer notre appartenance religieuse c,est très grave. Si on ne peut plus s,asseoir tranquillement dans un café pour prendre un verre, où va-t-on ?
Le commissariat du 8ème arrondissement va également mener une enquête contre ce café. Enfin, j,ai prévenu l,ensemble des associations telles que le CRIF, l,UEJF, l,AUJF etcpour qu,elles dénoncent ce genre de discrimination à la République française.
Merci d,avance à vous tous de faire passer ce message.
J S