Yona Dureau: commentaire de la charte de l'OLP et de son actualité

La Charte de l'O.L.P. n'est toujours pas abrogée, et représente encore le coeur du problème dans les relations d'Israël avec l'Autorité palestinienne. Sa lecture éclaire aussi une insistance des pouvoirs palestiniens à répéter sans cesse que l'actuelle intifada est une lutte populaire, car cette expression constitue à leurs yeux à la fois une source de légitimité internationale et une référence idéologique à la charte.

1)L'article 33 stipule que la charte ne sera pas amendée sans vote des deux tiers du congrès de l'O.L.P. : il s'ensuit que toute déclaration, officielle ou non, par M. Arafat, du caractère caduque de cette charte, est de facto sans valeur du point de vue palestinien.

2) La session spéciale de vote pour l'abrogation de la charte de l'OLP en avril 1996 fut une mascarade que les journalistes internationaux feignirent de croirent : en effet le Conseil National Palestinien n'a voté ce jour-là, selon ses propres déclarations que sur la nécessité de voter pour abroger ladite charte.

3) Il s'ensuit que la charte de l'O.L.P., loin d'être caduque reste le fondement de l'Autorité palestinienne. Une étude attentive de cette charte montre même qu'elle a été le guide essentiel de toute la politique palestinienne de ces dernières années:
a. reconquête progressive de tous les territoires de la Palestine sous le mandat britannique

Article 2: la Palestine, avec les frontières qui étaient les siennes sous le mandat britannique, est une unité territoriale indivisible.
b. mise en place d'un éducation de la haine pour l'accomplissement de ce but premier:

Article 7: Le fait qu'il existe une communauté palestinienne et qu'elle ait un lien matériel et spirituel avec la Palestine est un fait indiscutable. C'est un devoir national que d'éduquer les individus Palestiniens dans un esprit révolutionnaire. Tous les moyens d'information et d'éducation seront mis en oeuvre, afin de faire connaître son pays au Palestinien et ce de la manière la plus profonde, à la fois spirituelle et matérielle, si cela est possible. Le Palestinien doit être préparé à une lutte armée et être prêt à sacrifier sa richesse et sa vie afin de reconquérir son pays et d'amener sa libération.
c. Mise en veilleuse des conflits internes pour réunir les forces opposées à Israël:

Article 8: La phase de l'histoire que vit actuellement le peuple palestinien est celle d'une lutte nationale (watani) pour la libération de la Palestine. Ainsi les conflits au sein des forces nationales palestiniennes sont secondaires, et devraient cesser au nom du conflit de base qui existe entre les forces du sionisme, et de l'impérialisme d'une part, et le peuple arabe palestinien d'autre part. Sur cette base, les masses palestiniennes, qu'elles résident au sein du pays ou dans la diaspora (mahajir), constituent - par les organisations comme par les individus- un front national travaillant à la reprise de la Palestine et à sa libération par la lutte armée.
d. la continuation de la lutte armée et des attentats, ainsi qu'énoncé comme des fondements de l'oeuvre de l'O.L.P.

Article 9: La lutte armée constitue la seule façon de libérer la Palestine. Il s'agit d'une stratégie d'ensemble, et pas seulement d'une phase tactique.

Article 10: L'action de commando constitue le coeur de la guerre populaire de libération de la Palestine. Elle requiert une escalade, une compréhension, et la mobilisation de tous les efforts d'éducation et de tous les efforts populaires palestiniens et de leurs organisations, ainsi que leur implication dans la révolution armée palestinienne.