A l'heure où Bill Clinton offre de renflouer les finances de Yasser Arafat, il nous a paru important de rappeller l'historique de ces finances, à la fois dans la partie visible de l'iceberg, c'est-à-dire en montrant que ces finances ont toujours subi des malverssations connues de l'Europe, mais aussi en montrant qu'une partie de ces fonds alimentait un réarmement palestinien qui porte aujourd'hui à plus de dix fois le nombre autorisé par les accords de paix le compte réel des armes à Gaza.


Arafat en Audit : 40% du budget envolé
Les problèmes de relations publiques de Yasser Arafat
Armes et Détournements de Fonds
International Herald tribune
Détournement de fond en Palestine

Nous aborderons le problème des détournements de fonds européens par l'Autorité palestinienne par le biais de plusieurs articles d'origines différentes.

L'article suivant de Amiel Ungar fut publié en Juillet 1997 dans le Yesha Report. Cet article démontre la corruption du gouvernement de Yasser Arafat, du point de vue financier avec la disparition quasi magique de fonds versés par la communauté européene, mais aussi dans la gestion politique plus générale de l'Autorité palestinienne.

Ligne 5, l'auteur remarque ainsi : Donor nation look askance at the rampant corruption in the Palestinian authority, and Yassir scratches his head and exclaims, "Don't these guys know that this is how thing are done in the middle east?" the corruption was apparent for everyone to see. Les nations donatrices (il s'agit essentiellement de La communauté européene, de la France et de l'Allemagne) tournent la tête pour ne pas voir la corruption de l'Autorité Palestinienne, et Yasser Arafat s'en gratte la tête en disant, "Mais est-ce qu'ils ne savent pas que c'est ainsi que les choses se font au Moyen Orient".

Cet article est certes publié dans un journal de Judée Samarie, mais il est corroboré par des informations de sources internationales diverses, comme nous le verrons par ailleurs.

__________________________

Yassir Arafat's PR Woes

(les problèmes de relations publiques de Yasser Arafat)

Amiel Ungar

Pity Yassir Arafat. He has recently run into public relations problems for doing what come naturally. Donor nation look askance at the rampant corruption in the Palestinian authority, and Yassir scratches his head and exclaims, "Don't these guys know that this is how thing are done in the middle east?" the corruption was apparent for everyone to see. It did not require the vaunted spy satellites which could identify vacant houses in Yesha from beyond the stratosphere. One simply had to read the papers on a daily basis to learn that any major deal requires the approval of Arafat and his retinue of functionaries. Transactions could of course be expedited by an appropriate donation to these worthies. On everything imported into the autonomy they took their cut. How else could the Authority's largest employers, the security services, meet their payroll (although the sixty thousand policemen were also expected to live off the land and its inhabitants)? When someone cried foul, Arafat would announce one of his patented anti-corruption drives, shuffle a few posts and haul in a few minnows.

All this was known and ignored for two reasons. Arafat's patrons from the Israeli left, the Europeans and even the Clinton Administration had a vested interest in embellishing Arafat's credentials as a statesman rather than as the ranking kleptocrat. Secondly, our benevolent liberals are frequently covert racists. They are essentially persuaded that Arabs are incapable of handling democracy and decent government. Pseudo-liberalism extends to a single distinction. If repression is imposed from without, for example by Israel, then it is bad. If the extortionists and torturers are local talent then it can be condoned because boys will be boys (or persons will be persons). thousands of demonstrators took to the streets when the U.S. invaded Cambodia. There was merely stunned silence when it was revealed that the Chamber Rouge had exterminated a million and half of their countrymen in the killing fields of Cambodia.

Arafat therefore had every reason to expect continued leniency towards his corrupt practices. Why therefore the current fuss? Unfortunately for Arafat, a handful of "trouble/makers" both in the United States and in Europe refuse to be suckers. They have the strange notion that funds earmarked for economic development should not end up in numbered accounts. Secondly, the contrast between Arafat & Co.'s seafront villas in Gaza and the plight of the population may lead to unrest. Even Sese Seiko Citizen Mobuto overdid it in Zaire.

Timing was also important, as bad publicity begets bad publicity. The corruption charges erupted in the midst of furore over the Arab land dealers tortured to death at the hand of Arafat's minions. To give murder the cloak of legality, Arafat's council prepared a law legitimating such practices. Arafat's "justice minister" Freikh abu Medein didn't help matters either when he advised those suspected of land dealings with Israel to commit suicide in order to spare the Palestinians the fuss and bother of murdering them.

Here too Arafat was taken aback. The murders of the land dealers were heinous, but to Israel's discredit the murder of Arabs by Arafat's security services has already been shrugged off as a natural phenomenon, something on the order of car thefts, by Israeli opinion leaders. This attitude was previously evinced when Israeli stood by and watched the Palestinian Security Services slaughter or "turn" those Arabs who had assisted Israeli intelligence. A few days' furore was worth the price of crippling Israeli's security services.

the fear of Allah would now be put into the hearts of land dealers. Benjamin Netanyahu did threaten that the Palestinians would pay for the murders, but in the very next breath Defence Minister Yitzhak Mordechai announced that despite the murders Israeli would have to reach an accord with the Palestinians. This took the sting out of Netanyahu's threat. Veteran apologists for Arafat compared the murders with the activity of the Jewish National Fund. If the Saudis and Kuwaitis could put money into red green and black "pushkas" of the PNF, Arafat could afford to call off his murderers.

What was nearly overlooked in the entire affair was the temerity of Arafat not only to abduct the victims from Jerusalem, but to threaten according to the "new law" Palestinians and their descendants resident in Palestine from 1947 - meaning that jurisdiction is extended to Arabs within the old border. If Israeli Arab citizens sell land to Jews, their lives as well are forfeit to the Palestine security forces who enjoy the right to travel through Israel courtesy of their VIP passes. hat this and other actions by the authority clearly demonstrate is that Arafat will not be content with a retreat to the June 4, 1967 boundaries' he insists on UN resolution 181 calling for return to the UN partition boundaries (for a start).

When Israeli left is confronted with Arafat's violations and outspoken aspiration, their answer is to gloat in their "realism". We, argues the left, have never confused Arafat with Mother Theresa, but his is the real world and Arafat is all we have got. Both the murders and the corruption have again revealed the gaping hole in the Oslo strategy. Arafat is not a tough rival who can be accommodated, but rather an implacable antagonist. Neither will he produce the economic prosperity which for the left constituted a necessary and ultimately a sufficient cause for regional stability.

_________________________

Dès Août 1996 un reportage de la BBC donnait la parole au représentant de l'Union européene aux affaires financières qui mettait en garde la communauté quant aux détournements de fonds de l'aide donnée aux Palestiniens.

A la suite de cette mise en garde, la communauté demanda une commission de vérifications des comptes. La mise en place de cette commission se fit sous contrôle de Yasser Arafat comme pré-condition à la continuation de l'aide européene, ce qui est déjà discutable dans la mesure où aucune instance ne peut selon la loi commune être juge et partie comme ce fut le cas pour ce problème. Le rapport fut publié en 1997 et malgré la censure palestinienne, dévoila une disparition inexpliquée de milliards de dollars.

Le journal El Mundo publiait le Mardi 1er Juillet 1997 un article donnant le chiffre de 45 OOO millions de pesetes de fonds disparus des caisses palestiniennes (2 milliards de francs)

Nous ne citerons que les passages concernés de l'article

_________________________

El Mundo
El "agujero negro" del presupuesto palestinoLa mitad del gasto de la Autoritad Nacional ne figura en ningun balance
Ramy Wurgaft

"El desorden en las arcas de Palestina ha llegado a limites insopechados. Mas de 45.000 millones de pesetas desparecieron del balance presupuestario de 1996, sin dejar rastro. Asi lo denuncio un informe del tribunal de Cuentas, que ha salido a luz gracias a la presion ejercida por la opinion publica."

Nabil Shaat, ministre palestinien de la coopération attribua cette disparition à une erreur de compte due à la jeunesse des structures administratives de l'Autorite palestinienne.

Mais le journaliste poursuit en montrant en particulier comment les hauts fonctionnaires palestiniens ont mis au point un système leur permettant de toucher des salaires dans les diverses enclaves palestiniennes et de doubler ainsi leurs revenus

____________________________

"Una comision que no solo debera esclarecer los fallos en la contabilidad, sino que tambien hurgara en la forma de vida que han adoptado los hombres que rodean a Arafat. Para muchos Palestinos aqui no hay grandes misterios que resolver. "Los ayudantes del rais se han estado dando la gran vida a costa del pueblo" declaraba Fares Samir, un profesor de Gaza. [...]

Segun el informe del Tribunal de Cuentas, que preside el auditor Yerar Al Kadua, algunos empleados de la ANP reciben salario doble, con o sin el conocimiento de sus superiores. La estratagema funciona gracias a que la ANP maintiene dos administraciones paralelas : una en Gaza y otra en Cisjordania. El procedimiento es la mar de sencillo : el inescrupuloso funcioario se apunta en la plantilla de las dos comarcas autonomas, las que le abonan su salario a dos cuentas separadas de banco."

_______________________

L'article montre ensuite les dépenses extravagantes en budget de fonctionnement des ministres palestiniens, Nabil Shaat en tête, avec plus de 140 millions (de pésetes) en articles de bureau

____________________________

Personne ne mit en rapport ces disparitions de fonds avec l'apport continu d'armes dans la bande de Gaza. Paradoxalement, l'aide financière européen pour la paix servait ainsi la guerre.

___________________________

Armes et Détournements de Fonds

Le 12.11.97, notre revue de presse internationale nous révélait la tentative de l'Autorité Palestinienne d'introduire des armes dans la bande de Gaza par voie navale. Les armes apprtenaient selon le Herald Tribune aux potentiels successeurs d'Arafat. Cette hypothèse n'était cependant pas prouvée, et cet événement succédait à la découverte en Juillet et Août 1997 de cinq tunnels creusés par les Palestiniens entre l'Egypte et Gaza et permettant une importation continue et massive d'armes à Gaza. Personne ne posa la question à ce moment -là de l'origine des fonds nécessaires à l'achat de ces armes.

__________________________

International Herald tribune

"Security Chiefs Are Reported Maneuvering to Succeed Arafat"

Le journal américain reprend ici le problème de la succession d'Arafat, de la concentration de pouvoir entre ses mains rendant sa succession encore plus difficile, des apparitions télévisés du leader montrant un homme fatigué et tremblant. La guerre de succession a déjà commencé selon l'I.H.T. Le journal arabe Al Hayat parle actuellement ouvertement de cette guerre qui était il y a encore peu de temps un sujet tabou. On cite ici le maire de Naplus M. Rajub, le dirigeant des services de sécurité M. Jibril Rajub, et M. Mohamed Dahlan, ainsi que le chef de la police M. Jabali, et M. Abbas, secrétaire général de l'OLP.

Par ailleurs cet article mentionne qu'une grande cargaison de 40.000 dolars d'armes vient d'être interceptée au large de Ramalah, où ces armes devaient être distribuées à des supporters de M. Rajub.

M. Rajub a rendu une visite officielle à Washington fin Octobre où il a été pressenti par le gouvernement américain.

Le journal Al Hayat a accusé Israël d'aider ces contreverses pour réintégrer la bande de Gaza.

__________________________

Le 4.11.97, notre revue de presse rapportait un article d'un journal allemand concernant le détournement par Yasser Arafat des fonds de pensions palestiniens payés par Israël dans le cadre des accords de paix. Yasser Arafat, disait l'article, aurait réinvesti à perte ces fonds dans l'hôtellerie de Gaza. La construction des hôtels n'ayant jamais été terminée, on est en droit de se demander si ces détournement n'ont pas à nouveau servi à l'achat d'armes :

_________________________

Détournement de fond en Palestine

Der Spiegel

"Geheimgelder für Gaza"

L'article du Spiegel décrit de façon extrémement précise et technique comment le fond de pension des Palestiniens, constitué lors des accords d'Oslo par des fonds versés par Ytshak Rabin au nom d'Israel pour compensation des années d'Intifada et s'élevant alors à 430 Millions de Shekels, a transité depuis son versement par la banque américaine Morgan-Stanley vers la France -Yasser Arafat craignait que ces fonds ne puissent être gelés par les Etats Unis en représailles- puis vers la Suisse où ils furent déposés sur un compte du crédit Suisse, rapportant jusqu'à 18%.

Cet argent, géré sur place par M. Gilon, citoyen juif suisse de Zürich, vient d'être transféré sur ordre d'Arafat contresigné par Abu Middein vers un compte PNA2 à Gaza : seuls Arafat et Abbu Middein savent à présent où se trouve l'argent des pensions palestiniennes. Abbu Middein aurait conclu un accord avec Arafat de crainte que celui-ci ne touche à ces fonds. 28 Millions de dollars auraient été transférés selon Abbu Middein. Arafat aurait utilisé cet argent pour payer des employés, alors qu'entretemps l'argent gelé auprès du gouvernement israelien aurait été libéré. Arafat, nous dit le Spiegel, aurait cependant pris goüt à cet argent entretemps, et aurait décidé d'investir cet argent "à Gaza". Des investissements hasardeux furent alors discutés, dont la construction d'un hôtel dans la ville peu attractive de Gaza, mais Abbu Middein aurait décidé d'investir cet argent de façon tout à fait conservatrice.

Arafat quant à lui favorise deux objectifs : la construction et les communications télécom. Abbu Middein s'accorde avec lui sur ce point : "ce sont des investissement rapportant beaucoup à court terme et rien ne peut tourner mal."

Les Palestiniens ne savent rien ou très peu de toute cette affaire. Jusqu'à la fin Octobre, aucune information n'avait filtré du déplacement de fonds en Suisse. Il avait fallu 20 signataires pour obtenir que la question soit discutée au parlement.

Le processus de paix, nous dit le Spiegel rend tout investissement à Gaza hasardeux.

Les Palestiniens ont aussi appris à se méfier de l'Autorité palestinienne qui a déjà détourné des centaines de milliers de dollars depuis quatre ans, et un Palrmentaire palestinien a déclaré au journal allemand qu'il leur fallait tout faire pour s'assurer que l'argent des retraites ne disparaisse pas lui aussi.