Yona Dureau: La fête des maccabiades, ou la victoire contre le terrorisme

 

La fête des maccabiades s'est bien passée, malgré les craintes d'attaques terroristes, l'attentat près de Tel Aviv contre une gare, et la tentative faite par deux poseurs de bombes: venus la veille près du stade Teddy Kollek, les deux terroristes ont déclenché par erreur leur charge meurtrière. Les forces de sécurité ont donc entouré ces maccabiades qui ont bien failli ne pas avoir lieu.
Deux mois auparavant, la situation d'Israël avaient convaincu les organisateurs qu'il valait mieux abandonner, afin de ne pas renouveler l'expérience dramatique des précédentes maccabiades, où des représentants de l'équipe australienne étaient morts dans l'effondrement d'un pont menant au stade. Les équipes nationales des maccabiades des différents pays hésitaient aussi fortement à venir, les parents des athlètes étant très inquiets concernant la situation tendue en Israël. L'organisateur des maccabiades commente: "chargé du drapeau des maccabiades, son poids semblait soudain peser des tonnes sur mes épaules. A ce moment-là, il me semblait impossible de le voir se déployer sur Jérusalem."
Et puis, soudain, un retournement des consciences s'opéra. L'équipe américaine, qui sembler douter le plus, contacta l'organisation mondiale des maccabiades: il ne fallait pas que les terrorites gagnent. Ils cherchaient à effrayer les touristes, à terroriser les Juifs. Les maccabiades avaient lieu à Jérusalem. c'était le moment où jamais de montrer l'attachement à Jérusalem, et à Israël. Les 250 athlètes américains annonçaient leur arrivée, quoiqu'il se passe.
Un vent de solidarité souffla alors sur les équipes, les unes après les autres. Les Australiens, plus que tous justifiés s'ils n'étaient pas venus, n'ayant pas obtenu justice concernant les responsables de l'effondrement du pont, vinrent malgré tout soutenir Israël. Pour la première fois, des équipes de maccabiades de Taïwan participaient même aux jeux.
Lors du défilé d'ouverture, une allégresse communicative émanait des équipes. L'équipe française, sans se soucier du protocole, défila en portant son propre drapeau ainsi que le drapeau d'Israël. Le capitaine de l'équipe américaine de basketball, Todd Schayes, étonna la foule en défilant avec une pancarte portant son numéro de téléphone portable, et proposant de rencontrer toute jeune fille qui souhaiterait l'épouser. On peut se demander si Todd réussit à continuer à entraîner son équipe, car il reçut ensuite 2060 appels.
Lors des jeux, Israël remporta beaucoup de médailles, bien sûr, mais pas toujours dans les domaines où on l'attendait le plus. En basketball, ce fut la France qui domina, avec 97 points contre la Hongrie (72), les USA firent 94 points contre le Canada (51), et Israël, marqua 88 points contre l'Australie (51). l'équipe féminine israëlienne battit les USA 73-67. Le football fut dominé par la France, et Israël n'apparut pas dans les quatre premiers. En nage, par contre, Israël réussit brillament, avec une médaille d'or et une médaille d'argent en 200 mètres papillon (Nimrod Palma et Ron Fogel), alors qe la même discipline pour les femmes voyait les trois premières places prises par Israël (Rotem Peled; Adi Bichman; Adi Segal). En tennis de table, Israël prit aussi la première place. L'escrime ne vit pass les victoires habituellement systématiques des équipes françaises.
Un grand étonement parcouru les spectateurs des épreuves de Tae Kwon Do que nous avons suivi por nos lecteurs. En effet, Israël domina cette discipline, alors que ses athlètes ne participent à des compétitions internationales que depuis cinq ans. Les Israëliens raflèrent vingt médailles, ne laissant que quelques miettes aux autres équipes, dont l'équipe française qui revint avec deux médailles, il est vrai en n'étant venu qu'avec une représentation minimale. L'ambiance était chaude, familiale, et lorsque Tomer Ben Zion, qui finit deuxième, dut abandonner à cause d'une blessure à l jambe, l'équipe russe vint le féliciter et s'excuser pour cette blessure. L'esprit des macabiades, l'esprit fraternel qu'on aimerait voir dans tout événement sportif, règnait. de très beaux combats eurent lieu, mais avant tout, c'est toute une grande famille qui s'était réunie...