Yona Dureau: Un nouveau pansement inventé en Israël

Les victimes d'accidents de la route, tout autant que les victimes d'attentats, ont désormais une meilleure probabilité de survie grâce à une invention dont nous avons voulu vous parler cette semaine afin de donner une tonalité d'espoir dans le climat de violence toujours accrue régnant actuellement au moyen Orient.

Il s'agit d'un nouveau type de bandage de la plaie, inventé par l'Université Ben Gourion du Néguev, et qui permet d'arrêter les hémoragies graves.
Ce nouveau bandage permet à l'équipe d'urgence et au sauveteur d'appliquer de façon efficace et rapide une pression sur la plaie, en arrêtant l'hémorragie san le besoin de l'habituel et indispensable tourniquet qui permettait de faire certains garrots, et qui causait lui-même des lésions parfois irréparables aux tissus de la blessure. Le nouveau bandage peut être utilisé même pour des blessures à la tête, au visage, à l'épaule, à l'aisselle, au cou, des endroits du corps jusque-là très difficiles à protéger d'une hémoragie (un garrot au cou ... provoquant évidemment l'étouffement).
Le bandage a été inventé par le Dr. Sody A. Naimer du département de mèdecine familiale de lla faculté de mèdecine de l'Université Ben Gourion. Un article concernant ce nouveau bandage a d'ailleurs été publié dans le numéro spécial de novembre 2000 du
"American Journal of Emergency Medicine". Ce bandage porte désormais le nom de ELAD Elastic Adhesive Dressing,

La mise au point de ce nouveau type de bandage, déclare de Dr Naimer, a été permise grâce à son travail d'urgences sur le terrain auprès de victimes de traumatismes multiples dans lma régiuon du Gush Katif où il travaille en tant que mèdecin de famille.
"Notre nouveau bandage" déclare Naimer, est le résultat d'une élaboration sophistiquée de concepts simples. Il combine pour la première fois, deux approches différentes du pansement, un pansement militairestandart, et un pansement élastique et adhésif utilisé de façon courante pour soigner les élongations.

La compresse de contact est tout d'abord placée sur la blessure souffrant d'hémorragie, puis on enroule plusieurs fois de suite le pansement élastique autour de la zone sur laquelle doit être appliquée la pression. Lorsque le pansement est en place, l'hémorragie est rapidement arrêtée, permettant au sauveteur ou au mèdecin intervenant de s'occuper d'autres points vitaux.
La qualité auto-adhésive du bandage dans sa partie superposée à lui-même permet au pansement de ne pas coller à la plaie ni à la peau, de sorte que l'enlèvement du pansement ne cause aucune souffrance ni désagrément."

Le Dr Naimer a formé trois équipes à l'utilisation de ce pansement: l'équipe des urgences de Gush Katif, une équipe de mèdecins de l'armée israëlienne, et un groupe de conducteurs d'ambulance. Les nouveau pansements sont préparés par les intervenants de l'équipe d'urgence et emmenés avec eux avec tout leur équipement.

 

Naimer et se collègues s'occupent actuellement de perfectionner encore les composants du bandage afin d'améliorer encore ses qualités anti-hémorragiques. Il a lancé une étude unique en son genre, pour mesurer dans des conditions de laboratoire la pression produite par divers types de pansements sur les différentes parties du corps.

"Le peu que nous ayons pû constater sur le terrain auprès des victimes de traumatismes et le résultat de nos études sur le contrôle de la pression du pansement avec ELAD est extrémement encopurageant," déclare Naimer. "Nous cherchons un fabricant prêt à produire ce pansement en grande quantités, ce qui permettra à des nombres de victimes d'autant plus grands de bénéficier de soins d'urgence plus performants."