Voyage à Tel Aviv. En quête de sources interdites...

 

Notre enquête sur les liens entre nazis et OLP nous mena à demander au bureau des porte-paroles de l'armée des sources concernant l'ensemble des attentats commis par l'OLP et ses groupes dépendants, en Europe, depuis les année 1970.
Notre demande fut d'abord agréée par le bureau de Jérusalem, et un appel téléphonique m'informa que l'armée détenait un document en deux parties, qui cumulées atteignaient 130 pages, listing impressionant de tous les actes de terrorisme de l'OLP depuis le début de son existence.
Ayant pris rendez-vous avec le bureau de Tel Aviv, et obtenu l'autorisation de tout photocopier, je me rendais à Tel Aviv. Le responsable du bureau me fit attendre quelques minutes puis me reçut pour me demander dans quel but je souhaitais voir cette liste.
Je lui répondis que j'avais l'autorisation de photocopier cette liste, et que je souhaitais écrire un article.
Surpris à l'annonce de la photocopie, il me répondit qu'il lui fallait téléphoner à Jérusalem pour confirmer cette autorisation.
Il revint quelques minutes plus tard, et m'annonça que je n'avais plus le droit de photocopier quoi que ce soit.
"Ce dossier a été composé par tous nos services. Shabak, Mossad, armée. S'il s'agit de le publier à l'étranger, cela ternira l'image d'Arafat, par conséquent c'est un acte politique, et nous n'avons pas le droit d'intervenir. Les ordres viennent d'en haut"
Une longue discussion s'ensuivit. En vain. Je ne devais pas ternir l'image d'Arafat. Si je souhaitais ce dossier, il me restait la possibilité d'en demander un double auprès du bureau des Affaires Etrangères, si M. Peres l'autorisait...
M. Peres acceptera-t-il que l'image de son partenaire de discussion soit ternie, et que soit connue la liste complète des attentats auquel l'OLP a participé directement ou indirectement?.....