A l'intention de tous les Juifs concernés par Jérusalem, le Mont du Temple, et les commandements du Sinaï

Yona Dureau

La situation d'Israël aujourd'hui est grave précisément parce que le monde juif s'en remet aux Israëliens pour défendre les lieux les plus saints du judaïsme, alors que les Israëliens sont soumis à un gouvernement qui ne respecte plus les lois de la démocratie, et qu'ils espèrent une aide extérieure du monde juif en exil pour sortir d'une impasse dramatique.
Ehud Barak, premier ministre démissionaire, en minorité à la knesset, a déclaré hier, le 25.12.2000, avoir accepté de donner à l'Autorité palestinienne le contrôle et la propriété du mont du Temple, et de diviser Jérusalem. La signature de cet accord rendrait tout retour en arrière impossible, même si les élections prochaines amenaient au pouvoir son adversaire politique Arik Sharon. Cette décision, qui engage l'avenir d'Israël, est prise sans consultation de la nation, et en dépit des aspirations les plus profondes du peuple juif.
La gestion de "l'esplanade des mosquées" par l'organisme palestinien WAKF a déjà abouti à la construction en ce lieu de la plus grande mosquée du Moyen Orient, en dépit des problèmes récurrents de sécurité des rassemblements de foules arabes au-dessus des priants juifs au mur du kotel. Le WAKF a de plus montré son mépris pour la loi israëlienne et le passé juif, en jetant aux ordures tous les vestiges découverts lors des excavations opérées pour la mosquée. Il n'y a donc aucune raison de faire plus confiance à cet organisme, comme il n'y a pas de raison suffisante de renoncer à la propriété du seul lieu saint juif resté sous contrôle israëlien (six lieux saints sont à présent sous contrôle palestinien, et on a pû constater les effets de ces redditions successives lors des événements du tombeau de Joseph).
La politique du démembrement d'Israël doit cesser. Nous avons aussi le droit d'avoir nos propres conditions au règlement du conflit, et notre rôle dans les négociations ne doit pas se limiter à contenter les exigences palestiniennes. Or cette seule exigence suffirait: l'intégrité de Jérusalem, et le Mont du Temple, et pas seulement son sous-sol! Nous appellons au rassemblement de tous les Juifs, à l'organisation de manifestations devant les ambassades israëliennes du monde entier, afin de garder le Har Habaït en Israël, afin de garder Jérusalem ! Une pétition mondiale devrait sonner le glas de ces accords anti-démocratiques. Barak affirme suivre la voix du peuple: que le peuple juif lui réponde !