Yona Dureau: Marc Rich plutôt que Pollard, ou les dessous pourris d'une grâce présidentielle...

I. rappel de l'affaire Pollard
II. Clinton sollicité pour la grâce d'un escroc
Pourquoi Clinton a-t-il gracié Rich?
III. L'intervention israélienne

Nous avons attendu de pouvoir vérifier certaines informations, en particulier certaines dates et correspondances possibles d'évènements, avant de publier les informations qui vont suivre.
Le 5 février 2001, le Time Magazine publiait un article titré "Whats that smell?" (quelle est cette odeur?) concernant ce qui était décrit comme "le dernier scandale du président Bill Clinton et le premier scandale du sénateur Hillary Clinton.

I. rappel de l'affaire Pollard
Le dernier jour de son mandat, le président américain est habilité à faire usage de son droit de pardon vis-à-vis des condamnés américains.
Lors de la fin de son premier mandat, une demande israélienne avait donné comme nom de demande de grâce ,le nom d'un Druze, poussant un peu plus dans l'oubliette politique le sort de Jonathan Pollard.
Rappellons un instant son cas. Pauvre Pollard.
Citoyen américain sioniste, travaillant à la CIA, il s'était un jour rendu compte que les USA ne respectaient pas l'accord d'échange d'informations sur l'Iran et l'Irak signé avec Israël. ce qu'il avait découvert était effrayant.
Toutes les préparations d'armes bioogiques et chimiques de l'Irak, l'état de l'armement irakien, le nombre et le type de missiles longue portée à la disposition de Saddam, toutes ces informations étaient là, sous ses yeux, connues des services américains, et tenues hors de la connaissance des services israéliens.
Pollard décida d'agir. Il contacta de son propre chef les services de l'ambassade israélienne.
Il prit des risques sans nombre.
Il sortit des documents confidentiels le week-end, en contrevenant ainsi à toutes les règles de sécurité qu'il avait accepté de respecter.
L'ambassade israélienne lui accorda la nationalité israélienne, lui promit secours et refuge en cas de problème, et lorsque le problème se présenta, et que Pollard fut repéré et grillé auprès de ses services, il se précipita à l'ambassade qui l'expulsa, le remettant de fait aux mains des services de sécurité américains. Israël nia tout en bloc, et sacrifia Pollard sur l'autel des bonnes relations israëlo-américaines. Pollard fut traduit en cours de justice spéciale et fut condamné à la prison à perpétuité pour haute trahison. On enterrait l'affaire des deux côtés, feignant du côté américain de ne pas se rendre compte que Pollard n'avait fait qu'appliquer à la lettre l'accord d'échange d'informations signé par les USA (Pollard n'a en effet transmis aucun autre dossier à Israël que ceux concernés par cet accord), feignant du côté israélien de considérer que Pollard n'avait agi que sous l'effet de son propre fantasme.
Et voilà Pollard condamné à croupir en prison. régulièrement, nous dit-on à la Knesset, son dossier est ré-examiné, en commission spéciale, à huis clos. Régulièrement, il est surtout dédaigné et oublié par les politicards.
Et alors que l'état d'Israël est fier de se battre pour sauver le moindre de ses soldats aux mains de l'ennemi, l'alliance avec les USA semble justifier que personne n'ait osé plaider la cause de Pollard, pourtant si légalement défendable.

II. Clinton sollicité pour la grâce d'un escroc
Et voilà que Clinton, au dernier jour de sa présidence, est sollicité par des VIP israéliens, nous dit pudiquement le Time, pour accorder sa grâce à un escroc condamné par les cours de justices américaines, et vivant en exil en Suisse en croquant ses millions.
Pas un seul ne pense à Pollard. Il est vrai que Pollard n'a pas offert des millions à tous ces hommes politiques...
Rich a escroqué le fisc américain de plus de 50 millions$.
Rich a commercé avec l'Iran en pleine crise des otages, se moquant bien de ce que ce pays commettait comme délit vis-à-vis de son ambassade et de ses concitoyens...
Rich vit depuis 17 ans en Suisse, protégé par des gardes du corps israéliens, et faisant rondement tourner son affaire de 30 milliards $, allant du pétrole au sucre, de l'or aux céréales. La Suisse a refusé de l'extrader. Grâce à Clinton, Rich, qui aurait pu finir ses jours en prison s'il sortait du territoire suisse, est à présent libre de ses mouvements, blanchi de toutes ses fautes.

Clinton inscrit Marc Rich, 65 ans, dans sa liste de grâciés, sans se soucier de demander à ses conseillers juridiques si ce choix est bien judicieux...

Pourquoi Clinton a-t-il gracié Rich?
L'ex-femme de Rich, Denise Rich, installée à New York, est une des plus grandes donatrices des campagnes de financement de Clinton, et elle a versé des millions de dollars au parti démocrate ces huit dernières années. L'avocat de Rich pour sa demande de pardon, Jack Quinn, était le conseiller personnel de Clinton pendant de nombreuses années, et il a personellement fait le siège, d'après les sources du Time, du roi Juan Carlos d'Espagne, mais aussi d'Ehud Barak, pour qu'ils demandent la grâce de Rich à Clinton...

III. L'intervention israélienne
Ehud Barak serait personellement intervenu pour obtenir la grâce de Rich. Selon le journal Yediot Aharonot, daté du 22.2.2001, Rich a de plus versé des millions de dollars au fameux centre Peres pour la Paix, avant d'en devenir un membre officiel. Peres serait alors intervenu personnellement auprès de Clinton, prenant lui-même le téléphone pour demander à Clinton la grâce du généreux bienfaiteur...
Cela ne fait que gonfler un peu plus le dossier de Shimon Peres, non inquiété par les services du fisc, ni de la police israélienne, et pourtant déjà convaincu de détournement de fonds (Alliance, journal non conventionnel, a déjà présenté nos articles sur les détournements de fonds nationaux et internationaux, dont s'était rendu coupable Shimon Peres, à la fois vis-à-vis du fisc israélien, en s'adjugeant 70% du budget d'associations qu'il avait créées, ce qui est interdit par la loi israëlienne comme en France, mais aussi en détournant des fonds du Centre Peres pour la Paix (Merkaz Perez Léshalom)
Voir dossier Le Centre Peres pour la Paix, ou bien le Centre de la Paix, au nom de Peres?)

Et le scandale de faire tache d'huile... Le journal Ha'aretz publie il y a une semaine des interviews d'autres hommes politiques israéliens, qui ont tous reçu des "dons" de Rich. Ils "ne savaient pas" que Rich étaient compromis... Ils "ignoraient la gravité" de ses fautes. c'est curieux, parce que l'une de mes amies, dirigeant une fondation très honorable, et ayant reçu des propositions de fondation émanant de Rich a tout de suite était prévenue que la source de ces fonds était douteuse, et qu'il valait mieux refuser... Elle ne faisait pourtant pas partie de la gente politique, qui ne manque pas d'informateurs...
Mais bien sûr, quand on est assez haut pour recevoir des fonds sans être inquiété, on ne voit pas pourquoi les hommes politiques devraient se soucier de vérifier l'honnêteté de leurs pourvoyeurs...